Au mois de février 2010 dans le Tarn Libre


Un article de Victoria Sanson
Portrait : Père René-Luc, témoin de Dieu
Prêtre depuis sa 27e année, René-Luc exerce aujourd’hui son ministère dans la paroisse Albi Sud. Enfant au passé agité, il témoigne de son vécu et de sa conversion auprès des jeunes de la France entière. Aujourd’hui, le père qui a publié le livre Dieu en plein cœur souhaite se consacrer de plus en plus à ses paroissiens tarnais.
Il a de grands yeux bleus. Il y a de la lumière dans ses yeux. Une lumière divine à ne pas en douter. Quand on rencontre le Père René-Luc, pour peu qu’il ait laissé au vestiaire son col romain, peu de chance de deviner qu’il a embrassé une carrière sacerdotale. Sa jeunesse lui permet d’aborder facilement les jeunes, les personnes de tous âges. Le prêtre partage les interrogations de ses contemporains et, oh surprise ! On le retrouve sur Facebook. Pas étonnant, il possède même un iphone ! « Je me mets moi aussi à la page mais voyez mon téléphone, il me sert à enregistrer tous mes rendez-vous ! », commente-t-il. À 43 ans, il s’avoue proche des jeunes, de leurs errances, de leurs questions spirituelles. Des jeunesses parfois agitées qui lui rappellent la sienne.
Dieu appelle aussi les bras cassés
Né à Nîmes en 1966, René-Luc passe son enfance avec sa mère et ses deux frères et ignore qui est son père. L’argent manque à la maison, les repas sont frugaux. Seuls, l’amour et les solides liens filiaux comblent le foyer, peu croyant en un être divin. Le jeune René-Luc est agité, il commet des bêtises de jeunesse, fréquente la petite délinquance. Peut-être en prenant exemple sur son beau-père qui malmène sa mère et appartient à une organisation mafieuse. Il semble mal parti dans la vie… Surtout lorsque son beau-père se suicide devant lui avec son revolver, René-Luc a seulement 13 ans. Et pourtant un premier signe va lui ouvrir une vie nouvelle. Une amie de la famille l’entraîne à une conférence de Nicky Cruz, ex-caïd d’un gang portoricain. « Tout le monde a un appel, je ne me sens pas différent. Toute vie est remplie de signes », explique-t-il. Et le prêtre de poursuivre par une parabole qu’il utilise lors de prédications : « À la campagne, on voit plus facilement les étoiles qu’en ville. Lorsque je vais dans le désert du Sinaï, je vois des étoiles filantes toutes les trois minutes. En ville, je n’en vois pas. Mais ce n’est pas parce que je n’en vois pas qu’elles n’existent pas. Il faut prendre le temps, les signes montrent le chemin ». L’ex-bandit repenti, Nicky Cruz, témoigne de sa conversion. René-Luc est touché par la grâce de Dieu. Plus tard, on lui révèlera la signification de son nom. René-Luc. Qui veut dire « Re-né à la Lumière ». Un signe de plus. À l’écoute, il suit donc sa vocation, entre à 20 ans au séminaire : « Je ne pensais pas que Dieu appelait aussi les bras cassés mais j’ai entendu son appel ». Et des signes, il en verra bien d’autres… Il voyage au Liban, en Afrique auprès des populations fragilisées par la guerre ou la pauvreté. Il témoigne de son passé, de sa conversion, là est sa vocation.
Confessions
Il décide alors de faire un livre pour raconter sa rencontre avec Dieu. « J’étais dans le Tarn, en 2007, à l’école de spiritualité Jeunesse et Lumière et Luc Adrian de la revue Famille Chrétienne, que je connaissais bien, est venu faire une interview du Père Daniel Ange. Et il me demande : « Pourquoi n’écrirais-tu pas un livre sur ton histoire ? ». J’ai répondu non ! ». René-Luc ne se sent pas prêt à témoigner, à se mettre à nu. « En tant que prêtre, je ne voulais pas me mettre en avant. On m’avait déjà demandé et je ne le souhaitais pas non plus par discrétion pour ma famille », commente le père René-Luc. Cependant, cette suggestion le fait réfléchir. Elle le travaille « comme un appel ». Du coup, il décide d’en parler à son père spirituel, pensant que celui-ci serait contre un tel projet : « À ma grande surprise, il m’a dit : « Ecoutes René-Luc écris ce livre et tu n’en parles à personne, tu ne l’écris que pour moi ». C’est ce que j’ai fait ». À Jeunesse et Lumière, il a un peu de temps et le prend pour se consacrer à l’écriture. Le premier jet est achevé au bout de trois mois. Puis l’histoire couchée sur le papier, il l’envoie à son destinataire. « Quand mon père spirituel le reçoit, il me dit : « je sens que ce n’est pas pour te raconter mais que cela vient de Dieu ». Ne s’attendant pas à cette réponse, le prêtre surpris, accepte l’autorisation de publication et envoie le manuscrit à son évêque Monseigneur Pierre-Marie Carré. « Il m’a retourné affectueusement le manuscrit avec les fautes corrigées, une manière de me donner son aval », sourit le prêtre. Sa famille, elle aussi, l'encourage. Le livre publié quelques mois plus tard, en juin 2008 par les éditions Presses de la Renaissance sous le titre Dieu en plein cœur est un succès, déjà plus de 20 000 exemplaires vendus. Preuve que le prêtre a su toucher les lecteurs… en plein cœur.
Dialogue avec son prochain
Le Père a rencontré les plus grands et aussi les plus petits d’entre nous. Bien sûr, le face à face avec Jean Paul II l’a marqué au plus profond de son cœur. La première rencontre avec le Très Saint Père a lieu alors qu’il a tout juste 16 ans. René-Luc se rend à Rome pour un pèlerinage. Et alors que le pape bénit la foule, le jeune homme l’interpelle : « Très Saint Père, priez pour les jeunes qui ont une vocation sacerdotale ». « Et là, commente le prêtre, il me regarde affectueusement et me bénit en traçant lentement un signe de croix dans ma direction ». Un autre face à face confortera sa vocation. À lui de témoigner, de prêcher. Aujourd’hui, c’est lui qui bénit les nouveau-nés, qui encourage les jeunes et les hommes qui ont la vocation. Il aime se retrouver auprès des gens, dans la foule et se ressourcer dans le sport. Débordant d’énergie, René-Luc joue dans l’équipe de rugby loisirs de Gaillac ! Lui qui exerce un ministère auprès de la Pastorale des jeunes d’Albi ne ménage pas ses efforts et fourmille d’idées. Ancien fondateur d’un groupe de rock chrétien « Totus Tuus, », le premier groupe de rock catholique en France, il vient de créer des rendez-vous mensuels dédiés à la jeunesse albigeoise. Ces concerts louanges, « Albi Centre », revigorent la foi tant par la musique que par la prédication du prêtre. Demandé partout en France pour son témoignage de vie et de foi, René-Luc désespère ne pouvoir répondre à tous les appels. Il vient de demander à l’évêque de réajuster son ministère de prédication : désormais, il ne répondra plus qu’aux invitations pour des rassemblements diocésains de jeunes, ses déplacements seront donc moins fréquents lui permettant de mieux se consacrer aux paroisses Saint-Joseph Saint-Martin et à la pastorale des jeunes. Car dit-il, « les jeunes sont notre avenir, l’avenir de l’Église ». Et ses grands yeux bleus ont beaucoup à leur dire. Ils parlent de la foi. Eux aussi sont un signe.
Victoria SANSON

Aucun commentaire: